Traitement des Odeurs

Sans chimiques, ni résidus, pensez au traitement ozone par GVM assainissements. Tout type d’odeurs peuvent être traités.

Etes-vous incommodé par des odeurs (fumée, animaux, incendie, moisis, autres) dans vos:

 

– Maisons

– Logements

– Immeubles

– Bâtiments (publics, hôpitaux, centres commerciaux, véhicules, autres)

Vous avez beau nettoyer de fond en comble, mais rien n’y fait, les odeurs finissent par revenir au bout d’un certain temps?

Avant de baisser les bras, pensez à la désodorisation à l’ozone par les équipes de GVM assainissements.

Les odeurs sont des sensations liées à la détection par notre système olfactif de la présence de certaines molécules volatiles. Lors de l’inhalation, l’air aspiré embarque avec lui des molécules volatiles à l’intérieur des fosses nasales. Les parois des fosses nasales sont tapissées de capteurs olfactifs recouverts d’une couche de mucus.

source : actualité chimique 2005, n.289

Les molécules odorantes sont transportées aux cellules olfactives au travers du mucus par des protéines dites OT (Olfactive Transporter).

source : actualité chimique 2005, n.289

Ce mécanisme explique la perte partielle de l’odorat en cas de rhume en raison de la sécrétion accrue de mucus limitant le transport des molécules odorantes. Il est aussi intéressant de préciser que l’olfaction est une composante importante de l’appréciation du goût. Si les saveurs (salé, sucré, amer, acide et umami) sont captées par la langue, les effluves dégagées par les aliments sont aussi captées par les cellules olfactives nasales par la voie dite la retro-olfaction. Ce mécanisme de retro-olfaction explique de même la perte partielle du goût en cas de rhume.

source : http://s3.e-monsite.com/2011/02/04/09/olfac.gif

En résumé, les odeurs (agréables et désagréables) sont dues à la réponse physiologique de la présence de molécules volatiles dans l’air entrant en contact avec nos récepteurs olfactifs situés dans les fosses nasales.

Il existe généralement 2 modes d’actions.

Le premier et, de loin le plus utilisé, consiste à leurrer notre système de détection des odeurs, en :

  • Le saturant d’odeurs perçues comme plus agréables. Il s’agit d’une forme de masquage par des molécules très odorantes (généralement des parfums naturels ou non). Le principal effet recherché est la saturation des récepteurs olfactifs afin de les inhiber (réponse naturelle des capteurs olfactifs soumis à de fortes sollicitations). Ces méthodes impliquent généralement d’émettre des substances dans l’air, participant à la pollution générale et ne faisant que cacher le problème générant la source d’odeur.

Bougie parfumée (http://www.roidebretagne.com/I-Grande-7659-bougie-parfumee-embrun.net.jpg)

2) En empêchant la reconnaissance des molécules odorantes par les récepteurs olfactifs. Certaines molécules ont la capacité de se lier dans l’air aux molécules odorantes. Le but recherché est de former un complexe qui ne sera plus transportable par les protéines OTP au travers du mucus. Ces molécules sont principalement des sucres complexes (issus du Maïs) appelés cyclodextrines. Le produit le plus connu basé sur cette technique est le spray Febreze©. Comme le masquage, cette technique ne fait que cacher le problème en ajoutant d’autres substances dans l’air.

Febreze© et molécule de cyclodexrine présenant un centre lipophile (attracteur pour les molécules odorants hydrophobes) et un extérieur hydrophile empêchant la combinaison avec les protéines de transport olfactif (OT).

Le second mode d’action consiste à éliminer les molécules volatiles responsables de l’odeur.

Le retrait de la source par son nettoyage est toujours nécessaire, mais cela ne peut parfois pas suffire en raison d’une certaine migration des molécules odorantes dans les matériaux.

1) L’élimination des molécules odorantes dans l’air peut se faire par captage sur des adsorbants (généralement du charbon actif). Si cette technique est très efficace, elle est par contre sans effets sur molécules ayant migré dans les surfaces et le charbon actif doit être changé régulièrement pour maintenir son efficacité. Le charbon actif a en effet tendance à se désactiver en présence de l’humidité de l’air.

2) L’élimination peut être effectuée par oxydation des molécules odorantes. La plupart des odeurs usuelles sont dues à la présence de molécules organiques (composées d’un squelette de carbone et d’hydrogène), leur oxydation est donc théoriquement possible. L’ozone est un très puissant agent oxydant. Attention toutefois, certains vendeurs d’appareils de désodorisation et d’amélioration de la qualité de l’air proposent en fait d’installer dans des locaux occupés de petits générateurs d’ozone. Ils prétendent aussi que l’ozone généré va oxyder totalement les odeurs présentes en les transformant en CO2 et en eau. Même si l’ozone est en effet un très puissant oxydant, l’effet sur des molécules organiques réside toujours quasi exclusivement en une oxydation partielle produisant des aldéhydes (formaldéhyde, acétaldéhyde) ou des alcools, très irritants.

Exemple de mesure des teneurs en composés volatils avant et après traitement à l’ozone. Test réalisé en chambre de test avec polluants parfums et peinture. En rouge les composés ayant fortement augmenté après le traitement à l’ozone, en bleu les composés ayant fortement diminué. ©GVM 2015

L’ozone reste de même toujours dangereux pour le système respiratoire et il est inconscient de proposer des traitements et des générateurs d’ozone en présence d’occupant, animaux ou plantes dans les locaux traités.

Le traitement des odeurs à l’ozone par GVM assainissement :

GVM assainissements conduit ses traitements de locaux et de véhicules à l’ozone à la manière d’un gazage. Les interventions sont réalisées sur des locaux et espaces non occupés (personnes, animaux, plantes). Les volumes traités ont été préalablement nettoyé des sources d’odeurs. Les zones de traitement sont rendues étanches à l’aide de scotchs et de confinements plastiques si nécessaire afin d’éviter une fuite d’ozone durant le traitement.

Le volume est ensuite remplis d’ozone à forte concentration (environ 10 ppm) entre une à plusieurs heures en fonction de l’intensité et de la nature de l’odeur à traiter. L’ozone étant très réactif, il se détruit au simple contact des surfaces, il doit être généré en permanence durant le traitement. S’agissant d’un gaz, il est capable d’atteindre la moindre aspérité et de diffuser à l’intérieur des tissus. Les odeurs tenaces sont généralement dues à des molécules moins volatiles (appelés composés semi-volatils).

Leur oxydation par l’ozone conduit à leur clivage en éléments composés aldéhydes et alcools plus petits et du coup plus volatils. A la fin du traitement, un renouvellement complet de l’air des volumes traités est effectué afin d’éliminer les restes d’ozone présents et les résidus d’oxydation générés.

 

L’ozone est formé d’oxygène, qui se crée naturellement dans l’environnement par l’effet des UV de la lumière solaire en présence de certains polluants ainsi que lors des orages lorsque des éclairs ionisent l’air. L’ozone est une molécule d’oxygène très réactive, mais très irritante pour le système respiratoire. Après réaction, l’ozone se transforme en oxygène.

Recherche et développement

Les bases moléculaires des première étapes de l’olfaction.

voir le dossier: pdf

Il nous font confiance

HSE
Tox Pro
Hygiative
Scitec
La Fondation Martin Bodmer
Uni Fribourg
La Source l Clinique l Ecole
CINEMATHEQUE SUISSE
Pertect Air
Garage 3 Rois
Divorne

Infos pratiques:

L'aspergillose, une maladie respiratoire méconnue.

Lire ici

Contact:

GVM Assainissements Sàrl

Chemin des Chapons-des-Prés 20b

2022 Bevaix

Tél: 079 910 43 19

Email: info@gvmassainissements.ch

Horaires d'ouverture:

Lun-ven: 8h00-12h00 - 13h30-18h00

Samedi- dimanche-jours fériés: fermé

Disponible par e-mail en tout temps.